Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sexy test n°6: Exxxcitation

Publié le par La Fée Lubrique

En voilà un nom qui annonce la couleur!

Exxxcitation, avec trois X messieurs dames, un nom de jeu comme ça, ça vend forcément du rêve!

              

Du calme les gars je vais tester ça pour vous et je vous dirais si ça vaut le coup.

Exxxcitation est un jeu coquin/sexy sous forme de jeu de société et plus précisément de jeu de plateau.

Bon je vous avouerai que lorsque j'ai reçu la boite j'ai été super déçue de l'emballage. Pas de celui du fournisseur hein, là c'était vraiment nickel, non celui du jeu en lui même. Le carton est ultra cheap. Un jeu de société classique du style Monopoly ou Trivial Poursuit coute moins de 30€. Là Exxxcitation dépasse légèrement ce prix et n'a pas du tout la même qualité d'embalage.

                   

Après, c'est mon goût personnel mais le dessin du dessus de la boite fait très porno années 90, mauvaise BD érotique, et ce dessin est ensuite le même sur les cartes à jouer.

Boooonnn... Mauvais départ!

Allez on ouvre le jeu et on découvre des planches de cartes à jouer qu'il faut détacher soi même et classer dans les petites encoches de l'intérieur plastique. On trouve également un dé, deux pions (un rouge et un bleu), un sablier (3 minutes), un plateau de jeu et une règle du jeu.

                   

Comme vous le voyez il y a des cartes avec un symbole coeur et d'autres avec XXX, dans chacune de ces catégories il y en a pour les femmes et d'autres pour les hommes. Ce jeu part déjà dans l'optique que vous êtes un couple hétéro ;)

 

LE BUT DU JEU: Arriver sur la case avec un petit soleil SANS avoir atteint l'orgasme! Et ça c'est très intéressant parce que tout le long du jeu vous avez des taches à accomplir (des caresses, des léchouilles, des positions etc...). L'idée est de faire monter l'excitation sans jamais succomber.

 

LE DEROULEMENT: Chaque joueur lance le dé et avance du nombre de case indiqué. La première partie du jeu se concentre du soft avec les cartes coeur. Si vous tombez sur une de ces cartes vous devrez par exemple lécher le cou de votre partenaire, lui faire un massage (épaules, pieds par ex), le/la caresser à travers les vêtements et toute autre activité sensuelle qui ne nécessite pas d'être nu. De temps à autre vous tomberez sur des cases pénalité. La main dressée vous dit "stop" et laisse votre partenaire jouer deux fois, les dents vous "punissent" et votre partenaire doit vous mordiller à l'endroit de son choix. Ensuite une originalité, les cases "verres" qui indiquent que vous devez trinquer et boire un breuvage de votre choix, faire une pause détente. Heureusement qu'on a pas pris d'alcool vu le nombre de fois où je suis tombée sur les verres ont aurait fini avachis au pieds du lit au lieu de dessus à faire des trucs plus sympas... Les flèches quant à elles vous font repartir en arrière.

Une fois arrivés tous les deux sur la case bleue avec les symboles "homme/femme" entrelacés vous allez ensemble sur la case XXX et là on démare la deuxième partie du jeu, plus coquine!

On se déshabille mutuellement (mettez un peu de chauffage avant de démarer la partie d'ailleurs, ça aide à pas être frigorifié en cours de route^^) et on attaque les choses sérieuses. Même principe qu'avant mais en piochant des cartes XXX à la place des cartes coeur. Cette fois vous pourrez masturber votre partenaire, il y aura du sexe oral, des caresses plus poussées, des positions à tenir. Ici certaines cartes ont un symbole supplémentaire: le sablier! Par exemple si la carte montre que vous devez masturber votre partenaire, vous devez le faire durant 3 minutes complètes sans que celui ci ne craque, sinon il/elle aura perdu.

Et c'est là tout le fun du jeu, parce que bien sur pour gagner il faut tout faire pour faire jouir son partenaire et l'autre doit résister à vos "attaques".

 

LA FINALITE: et bien celui ou celle qui arrive en premier à la case soleil sans avoir jouit a gagné et peut donc décider de jouir de la manière qu'il/elle souhaite! Si l'un des deux craque avant, la personne ayant résisté à l'excitation décide d'un gage.

 

LE BILAN:

Les moins:

- Le packaging! Je ne peux décemment pas attribué une bonne note quand le carton est aussi fin, que l'on doit soit même détacher les cartes du jeu et les trier...

- Les dessins principaux (boite et dessus des cartes) sont vraiment trop kitchs à mon goût.

- Petit bémol pour les utilisateurs de capotes (comme nous!)... Car quand on doit passer d'une carte levrette (avec capote donc) à une carte caresse ou autre bah l'excitation redescend et on est bon pour en reprendre une autre quand il faudra refaire une autre position. Nous on en a eu besoin de deux parce qu'on est plutôt bien tombés niveau cartes mais pour certains prévoyez 4/5 à côté du lit quand même, on sait jamais ;)

 

Les plus:

- Le principe en lui même d'exciter sans jouir car il créé réellement de l'intercation entre les deux joueurs.

- Des règles ultra simples! Du coup c'est facile à mettre en place et on ne réfléchit pas mille ans pour savoir à quoi correspond quelle case et comment jouer etc.

- Les dessins expliquant les "missions/caresses" même s'ils sont pas hyper beaux sont très clairs. On voit de suite ce qu'il faut faire à l'inverse de lire des instructions de cinq lignes comme dans d'autres jeux que j'ai pu avoir entre les mains.

- Le sablier de 3 minutes est une très bonne idée! Les cartes chronométrées sont un vrai bonheur! Exemple concret d'hier soir: Je tire une carte comme quoi y'a 3 minutes de levrette *rire machiavélique en sachant que cette position est dure à tenir pour chéri*, il fait ce qu'il a à faire et j'ai le sablier dans la main histoire de lui donner le top départ et le top de fin. Forcément en levrette ça bouge le sablier dans ma main... Et me voilà dans un grand fou rire général accusée d'une horrible tricherie pour allonger le temps de levrette!!! Quoi??? Qu'entends-je??? Moi tricher pour trente secondes de plus de levrette??? Tsssss.... On aura tout entendu!

- L'efficacité! Le jeu vend de l'excitation et on en a, avec quelques rires en plus et ça c'est pas négligeable ;)

 

En résumé, nous avons tous les deux réellement apprécié jouer à ce jeu, nous étions complètement en condition pour que le gagnant aie son prix comme prévu (c'est chéri qui a gagné hihi). Donc en dépit du côté cheap il est efficace et on passe un très bon moment. Cela permet de changer un peu ses habitudes et de déjouer la routine.

 

Voici la note finale de ce test du jeu Exxxcitation:

                   

 

Restez là!!! C'est pas fini mes amours!!!

J'ai une super surprise pour vous!

La Boite à Sexe notre partenaire vous offre 10% de réduction

sur son site avec le code:

FEELUBRIQUE

KEUWAAAAA???!!! Elle est pas belle la vie?

On dit merci qui?

Le premier qui dit "merci Jacquie et Michel!" je le tabasse...

 

De plus (et ouais deuxième surprise, vous l'avez pas vu arriver celle là hein!), dans quelques jours, je lance un concours spécial abonné(e)s pour gagner des sex toys et autres accessoires coquins, donc abonnez-vous dès à présent ;)

Votre adresse email :

Keep calm and be an Aphrodite (témoignage)

Publié le par Yeesha

Yeesha m'a contacté car elle en avait gros sur le coeur. Y'a des jours comme ça où faut que ça sorte, donc je lui ai laissé le champ libre. Voici son témoignage.

 

***

                                            

Je suis une femme particulière, comme beaucoup de femmes. Comme certaines femmes j'aime danser, comme beaucoup d'autres, j'ai une sexualité épanouie, voire très expansive. Depuis petite, je sentais une force en moi, une envie de croquer la vie à pleine dent, qui fut rapidement brisée. Une vie de famille difficile, avec un père détraqué, pervers narcissique, pédophile. J'en ai terriblement souffert. L'image de la femme qui m'était présentée était compliquée. Une sœur « girl power » qui a réagi à l'inverse de l'image de ma mère, qui elle oscillait entre soumission et rébellion. Un père qui présentait les femmes comme des salopes ou des vierges effarouchées. Un culte religieux omniprésent, chrétien, étouffant. J'ai malheureusement développé une aversion pour la culture chrétienne poussée à l'extrême. Entendez-vous bien, je n'ai rien contre les chrétiens, ni contre aucune autre religion, j'ai quelque chose contre les extrémistes. Mon père était extrémiste, il voulait sans doute laver ses « pêchés » vu tout ce qu'il faisait.

Puis j'ai tout brisé. Vers l'âge de 19 ans, j'ai tout révélé à ma mère. Ma mère, qui avait subi la même chose de son côté, enfant brisée par un père (mon grand-père donc) violeur et destructeur, à vite réagis. Mais trop sous emprise elle a vite rechuté. Il a fallu que moi, ma sœur et mon frère, on s'en sorte. Ce fut la guerre.

Mais le temps a passé. On m'a redonné le choix, la possibilité de refaire ma vie. Tout n'est pas parfait, rien ne l'a jamais été et j'ai grandi dans une famille dysfonctionnelle, mais aimante.

Aujourd'hui mon père est mort. Malgré tout ce qui s'est passé, je l'ai aimé. Il a fini sa vie seule, faisait « pénitence » de ses crimes. Je sais qu'au fond de lui, malgré toute l'horreur, le monde dévasté qu'il représentait, il y avait une lueur d'espoir.

 

Puis j'ai connu Marco.

Un homme qui se présentait comme un « féministe » du moins un ancien féministe. Il présentait bien, il semblait à l'écoute, doux. Il semblait être mon alter ego, comme l'a dit hier une certaine personne, mais j'y reviendrai.

Puis rapidement ça a déchanté. Il devenait violent verbalement, fourbu. Je ne vais pas tout vous décrire, mais lorsque l'on s'est installé ensemble, après un an de couple, de bonheur vacillant et incertain, ça a dérapé. La première gifle, devrais-je dire, le premier coup de coude dans la figure.

Tout en moi n'était jamais assez bien. J'étais devenue la nymphomane à ses yeux. Celle que j'étais, qui avait une sexualité débordante, était pour lui la preuve que j'étais une biatch, prête à assouvir ses désirs.

J'ai passé deux ans d'enfer, mais j'étais en plein déni. Je ne pouvais pas accepter l'idée que je faisais comme ma mère avait fait autrefois, que je m'étais fait avoir. Non, j'affichais à la face du monde que j'étais heureuse, même mes amis ont crus à cette illusion. J'étais dans un milieu gangrené et même si j'ai rencontré dans cette période de ma vie des personnes formidables (qui se reconnaîtront), j'ai aussi rencontré des personnes horribles, du même acabit que mon ex, aussi violentes que lui, comme cette femme que je nommerai Isabelle.

Je m'en suis tiré aujourd'hui, mais à quel prix. J'ai fuis lorsque Marco m'a choppé par la gorge, lorsqu'il m'a menacé de mort. Tout était de ma faute selon lui. On vivait dans un foutoir que je m'échinais à nettoyer, mais il prenait plaisir à jeter des papiers par terre pour m'enrager. Il frappait même mes chats et ne les nourrissait pas lorsque je partais le week-end. J'ai fuis, j'ai fait comme j'ai pu. J'ai même été hébergée par Isabelle, et j'ai compris que j'étais tombé dans un nid de vipères. Je plains encore le pauvre compagnon d'Isabelle, mais c'est à lui de continuer sa vie.

 

J'ai fuis avec perte et fracas. J'ai changé de vie, pris le temps pour moi. Je fais un petit job, je prépare un concours, je fais tout pour avancer. Mais dans toute cette histoire j'ai voulu encore faire une dernière chose. Lorsque j'ai appris que Marco s'était mis en couple, j'ai eu peur pour sa nouvelle copine, qu'on va appeler Madeleine. Ce monstre allait la détruire à petit feu, la bercer d'illusion, lui fait croire qu'il est merveilleux pour la détruire moralement par derrière. Je voulais juste l'avertir. Je savais à quoi m'attendre en envoyant ce message, mais sa réponse m'a plus que surprise. Madeleine a mis en avant le fait qu'il était merveilleux (ça je m'y attendais) mais qu'elle a passé du temps à ramasser mes petites culottes sales, à réparer le tuyau de douche percé par onanisme, trouvé un anneau vibrant trop petit pour lui (oooh pauvre petit martyr) disant qu'il a dut souffrir. Je ne veux pas la blâmer, je pense qu'elle est bercée de mensonges et comme moi autrefois, qui cherchais des excuses à Isabelle qui frappait son compagnon à coup de poings. Mais ce qui m'a le plus marqué dans le discours de Madeleine, c'était ça : « Cela arrive les violences entre deux personnes aux caractères fort ».

 

Alors voilà le bilan, je suis une nymphomane crade au tempérament fort, torturant un pauvre petit avec un anneau vibrant. Cela m'a fait mal au tout début. Je me suis souvenu de toutes ces langues de vipères, qui me traitaient d'allumeuse quand je dansais sur la piste quand j'étais adolescente. Que j'étais indécente, moi femme qui assume sa sexualité, qui n'est pas un être insensible à la chose et qui ne crie pas « Yametee » (ndlr: cri typique des femmes dans les Hentaï, qui veut dire "Arrête") quand elle subit la fougue sexuelle de son compagnon. Surtout qu'à l'époque, Marco m'avait presque fait passé pour une violeuse, alors qu'à la toute fin de notre relation, il tentait de me toucher, de me tripoter et je le rejetais car il me dégoûtait, ce qui a déclenché notre dernière dispute. J'ai appris plus tard que je l'excitais quand je ne voulais pas de lui...Voilà tout le problème. Un individu qui aime les femmes soumises, qui aiment les souiller lorsqu'elles ne veulent pas.

C'est donc ça que vous voulez, comme image de la femme ? Je sais que tous les hommes ne sont pas ainsi, la preuve je vis actuellement avec un homme formidable qui me respecte et que je respecte. Mais d'où viens la satisfaction d'une telle vision du féminin, la femme comme étoile de mer, corps béant à la conscience brisée, ça excite qui ?

 

Je sais que je ne changerai pas le monde. Je ne peux que mener ma vie. J'ai fait ce que j'estimais être juste. Maintenant pour Madeleine c'est son problème. Mais je m'interroge sur le féminin, dans sa globalité. Ce slut-shaming sournois que j'ai subis et ce depuis toujours. Que j'ai peux être fait subir sans le vouloir, en traitant une nana d'allumeuse. Il n'y a pas d'allumeuse, pas de salope. Juste des femmes avec leur sexualité, qui leur regarde. Personne n'a le droit de vous juger sur ce que vous êtes. Soyez des Aphrodite si cela vous chante. Et même si vous êtes moins emballée par ça ? Où est le souci ? Soyez ce que vous êtes, chantez, dansez, vivez, sortez autant que vous le voulez, faites-vous plaisir ou non, couchez avec qui vous voulez et surtout restez-vous même, qu'importe les critiques des autres, l'image qu'ils veulent vous coller. Car au final ces gens qui vous critiqueront sont souvent des êtres perdus, en quête de leur propre identité, qui vont cherchez à rabaisser les autres pour se sentir vivant.

 

 

Yeesha.

 

(Ps : Tous les noms ont été changés par discrétion et respect de l'individu.)

La Fée Lubrique a deux ans!!!

Publié le par La Fée Lubrique

                                         

Un bon anniversaire à moi même, sous le nom de la Fée Lubrique j'existe depuis deux ans pile poil, comme ce blog que j'aime d'amour.

Merci à celles et ceux qui me suivent, que ce soit depuis deux ans ou depuis deux heures.

Du coup je vous offre un retour aux années 2000 avec un superbe gif à paillettes pour vous donner du bonheur dans votre petit coeur chamallow.

                        

 

 

Sexy test n°5: le Womanizer W500 ou ma découverte de l'éjaculation féminine

Publié le par La Fée Lubrique

Jusqu'ici je suis persuadée que lorsque l'on vous dit "womanizer" vous avez en tête la chanson de Britney Spears, éventuellement un clip supra sexy dans un bureau et pleins de mecs et de nanas qui se trémoussent. Ou pas d'ailleurs, ça dépend si vous étiez sur cette planète en 2008 ou dans une galaxie far far away...

Là non, je ne parlerai pas de musique mais d'un sex toy, un stimulateur clitoridien pour être plus précise. Mon chéri et moi l'appelons "l'aspi à clito", parce que cet appareil somme toute très design pour sa dernière version (les autres étaient d'une mocheté sans pareille) a pour effet de suçoter votre petit clitoris chéri.

                                 

Oui Britney, des petits malins ont pris le nom de ta zik et l'ont transformé en joujou aspirant.

Tout d'abord je souhaite remercier mes collègues Toulousains d'Espace Libido de m'avoir laissé entrer dans leur caverne d'Ali Baba pour choisir mon Womanizer pour ce test. Si vous êtes dans le coin d'ailleurs vous pouvez commander chez eux et éviter les frais de port en vous rendant sur place pour récupérer votre colis! Merci donc :)

                                 

(Cliquez sur le logo pour visiter leur site)

Donc... Revenons à nos moutons. Me voilà donc avec la boite du dernier Womanizer W500 en main, carrément impatiente. La boite est d'ailleurs ultra sobre avec le sex toy en photo dessus. J'ai choisi le mien en vert mais il existe en blanc, rose, rouge, noir/léopard.

                                

De ce côté on dirait une souris d'ordi si on enlève le côté bling blig du diamant et de l'autre ça ressemble à un thermomètre auriculaire. Si tu es maman, toi même tu sais.

Ce joujou est livré avec plein de choses bien: un mode d'emploi (bah ouais tout le monde ne lit pas mon blog pour savoir comment ça marche cette chose), un embout XXL pour les clitos plus imposants, de quoi brancher le bestiau pour le charger car oui, j'adore quand la technologie se met au service du plaisir, ce sex toy se charge sur USB ou sur secteur et une pochette noire en tissu pour balader partout votre nouveau meilleur ami.

                                

Alors, pour reprendre la formule rendue célèbre par Michel Chevalet...

Comment ça marche?

Dans un premier temps il va vous falloir patienter parce qu'il faut brancher votre womanizer pour le charger. Vous verrez une lumière verte vous signaler qu'il est en charge et une rouge pour vous dire qu'il est chargé. Oui, tout à fait, cela défie toute logique niveau signaux de couleurs mais passons.

                                

Une fois que la lumière rouge vous dit que c'est chargé (décidément c'est idiot...) vous le mettrez en marche en appuyant sur le diamant du dessus environ deux secondes. Bon ça fait un peu bobo leur affaire, ces andouilles ont mis un diamant tout pointu pour allumer leur star de l'orgasme, mais qu'à cela ne tienne, je presse et le premier niveau de succion s'enclenche. Je teste d'abord sur ma main, histoire de voir si ça aspire vraiment. Ce n'est pas concluant alors j'augmente doucement de niveau (il y en a 8 en tout). Ma main ressent une légère succion, mais c'est très timide. Franchement je me demande ce que ça va donner avec mon clitoris, moi qui suis habituée à des machines, comme le fairy, qui vibrent comme des malades.

Allez en position Simone!

Je m'allonge tranquille dans mon canapé, intriguée mais pas encore embalée. J'écarte mes lèvres pour que l'embout trouve mon clitoris. La vibration s'atténue lorsqu'il a trouvé sa place et commence à aspirer. Je ressens des vibrations, pas forcément une aspiration, mais c'est doux et super agréable. Vraiment la sensation est exquise, un sourire gaga commence à se dessiner sur mon visage. J'appuie sur le + et passe un niveau, puis deux. J'en suis au 3 et BAM! Venu de nul part un orgasme foudroyant me prend par surprise!

                                

Sincèrement je sais pas ce qu'il s'est passé... Ca a duré 30 secondes maxi pour arriver à ce résultat et sans stimulation autre que le womanizer hein, je suis partie de zéro quoi. J'envoie un texto à chéri:

"Huuuu, je viens de tester le womanizer...

Record battu!!! C'est diablement efficace :D"

Là je me dis que c'est pas possible, c'est trop beau pour être vrai. Du coup, par souci de professionnalisme je décide de tester à nouveau le petit vert fleuri le soir même avant de m'endormir.

Mais, heu... Sans déconner, encore un orgasme en quelques secondes... Je m'endors donc satisfaite pleinement, de jolis rêves dans la tête.

Le lendemain matin, chéri, intrigué par mes commentaires dithyrambiques, décide de vérifier l'efficacité du womanizer au réveil. Je dois vous avouer que ce n'est pas mon moment préféré, j'ai la tête dans le pâté, je jouis plus que rarement le matin. Qu'à cela ne tienne, chéri positionne l'engin sur mon clitoris, bizarrement c'est plus compliqué pour lui de le faire de visu que pour moi au jugé mais bon, on parvient en faisant équipe à diminuer le bruit de moteur (ce qui indique qu'il est bien en place). Et c'est parti... Niveau un... deux... trois... quatre... Je sens que c'est divinement bon, mais ça ne vient pas et c'est carrément frustrant. Ceci dit nous n'en sommes qu'à deux minutes de test, avec des doigts où une langue c'est rarement frustrant à ce stade là, mais avec le womanizer qui m'avait fait décoler si vite, on prend de mauvaises habitudes!

Soudain... La montée...

                               

Ca monte, ça monte... Que c'est bon j'vous jure c'est un truc de dingue! Et là sans prévenir non plus  -ce jouet est le roi de la surprise apparemment- je sens un liquide qui coule sur mes lèvres et qui se glisse entre mes fesses jusqu'à mouiller le drap.

                               

Puis explosion de plaisir! J'hurle mon bonheur à qui voudra l'entendre, je plains mes voisins mais bordel c'est vraiment de la balle. Après quelques secondes de béatitude absolue, je réalise que je viens d'éjaculer pour ma première fois de ma vie de femme. Exéprience intéressante je dois dire car je connaissais le terme (on dit "squirt" aussi d'ailleurs) mais pas les effets. Les experts en la matière disent que c'est une preuve de laisser-aller absolu donc je suis super fière d'avoir pu me libérer à ce point. Chéri a été aussi surpris que moi. J'avais toujours cru que l'éjaculation féminine se faisait en massant le point G, je découvre donc une autre méthode! Après le fameux point G et le clitoris sont reliés au niveau interne donc il y a tout de même une certaine logique.

Que vous dire de plus à part de courir chercher votre womanizer?

                               

Ah si... faites quelques économies d'abord, le Womanizer W500 coûte 189€ ;)

Mais bon, un billet de tatie Huguette, un crowfunding pour militer pour l'orgasme libre et vous payer ce joujou, un emprunt sur 6 mois, un cadeau de votre Jules pour Noël, je suis sûre que vous trouverez un moyen.

En attendant j'ouvre une pétition pour que le womanizer soit remboursé par la sécu.

                               

 

D'autres tests, des articles, des concours rien que pour les abonnés? Laissez nous votre adresse email :

 

Toi, t'es pas de celles qu'on baise...

Publié le par Rhi-Peann

 

"Toi, tu n'es pas de celles qu'on baise quoi"...

Et bien non, mon très cher ami. Je ne suis pas de celles qu'on "baise". Je ne suis pas capable de jouir en dix minutes entre deux portes cochères. Je ne suis pas capable de me contenter d'un médiocre coup de bite à la va vite et sans émotion.

Je ne suis pas de celles qu'on attrape dans les toilettes d'une boite de nuit et qui disparais de ta vie.

Non, mon ami.

Je suis de celles à qui on fait l'amour. Je suis de celle que l'on regarde dans les yeux. Que l'on caresse longuement et que l'on apprivoise lentement.

C'est peut-être lié à mon passif, à ce genre de viol (qui n'en est pas tout à fait un) que j'ai subi en lieu et place de première expérience. Ou encore à mon cerveau, qui est ma zone érogène la plus puissante, et qui a besoin de temps pour être décrypté.

Mais j'ai besoin de temps. De tendresse. J'ose le dire, d'amour.

On me fait l'amour, à moi, mon ami. Plus encore, on m'honore. On me vénère. Je suis une Femme, et en tant que telle, je suis une Déesse. Et toi, ami, et toi, amant, tu es un Dieu. Je me respecte dans l'expression de mon désir. Le sexe n'est pas, à mes yeux, une simple hygiène de vie. C'est un partage de joie du corps, une mise en connexion des esprits. C'est une exaltation de l'âme.

Je ne suis pas de celles qu'on "baise".

Je ne sais pas faire autrement que tout te donner, mon amant. Je ne sais pas faire autrement que t'accueillir entièrement au creux de mes cuisses. Au creux de mon cœur. Je ne sais pas faire autrement que me liquéfier pour t'envelopper tout entier. Je t'offre tout, alors oui, j'attends que tu m'offres tout en retour.

Non, je ne suis pas de celles qu'on "baise".

Et je le suis à la fois. J'ai le droit d'être la Déesse et la Pute en même temps. Le respect n'a rien à voir avec l'activité sexuelle à proprement parler. C'est une question d'attitude. C'est une question d'avant et d'après. C'est une question de relation d'humain à humain. Ce n'est pas une question de sexe.

Le sexe, c'est aussi et surtout des fluides et du corps. Rien ne m'excite plus que des corps que l'on touche, des odeurs que l'on sent. Je te mange, je te mords et me mêle à ta matière.

Le sexe, c'est beau et sauvage. Le sexe, ça me ramène au plus primitif de moi-même. Ça fait sortir ce qu'il y a de plus enfoui. Ça fait émerger mon identité profonde, ma part divine, et aussi ma part animale.

Alors je ne suis pas de celles qu'on "baise". Mais maintenant que tu le sais, en toute conscience et dans le plus profond respect, baise-moi.

***

Cet article a été écrit et m'a été confié par Rhi-Peann, mon amie du Hamster Zébré, prenez-en soin ;)

Sexy test n°4 : Roméo d'Adrien Lastic

Publié le par La Fée Lubrique

En bonne ado des années 90, quand on me parle de Roméo je pense irrémédiablement à ce cher Leonardo, la clope au bec en train d'écrire des poèmes sur la plage de Venice.

 

*soupir extatique*

Figurez-vous que dans le monde merveilleux des sex-toys, il lui existe un homonyme tout rose et tout vibrant!

N'est ce pas fabuleux?

Laissez moi répondre à votre place...

Mais oui bien sur que c'est fabuleux!

Tout d'abord un grrraaaaaand merci à mon partenaire de plaisir Sexy avenue qui m'a fait parvenir ce joujou.

 

Allez je vous le présente... Taddaaaaaa!!!

Il est beau hein?

Bon allez, faisons ça dans l'ordre...

Notre ami Roméo arrive dans une boite en carton, somme toute normale et plutôt classe puisqu'il n'y a que la photo du toy avec le logo de la marque (Adrien Lastic).

 

 

 

Faites coulisser le premier carton et vous pouvez ouvrir le deuxième pour trouver votre Roméo. Vous trouverez également une notice, une petite pub récap des sex toys de la gamme "Couple pleasure" (plaisir de couple pour les néophytes en anglais), c'est à dire tous ceux qui fonctionnent avec la télécommande fournie. Il y a également un sac en tissu soyeux blanc pour transporter et ranger votre jouet et un cable USB puisque le bonhomme se charge par ce biais (fini les piles!!!!! *danse de la joie*).

 

 

L'utilisation est ultra simple.

Dans un premier temps, branchez votre doux Roméo (oui il est vraiment très très doux, la texture est parfaite) sur votre ordinateur comme moi et allez voir le blog, le twitter, le facebook de La Fée Lubrique (si si je vous jure c'est ce qui est dit dans le manuel, je n'oserai pas vous raconter des cracs).

 

Juste à côté du "A" de la partie courbée du Roméo (le cercle blanc sur l'image), vous avez un minuscule trou recouvert de silicone qui sert de plug pour le brancher et le charger. Le chargement dure environ deux heures pour une autonomie de trois. Un voyant rouge s'allume lorsqu'il est en charge et passe au vert puis s'éteint lorsqu'il est chargé. Le fait qu'il n'y ai aucune pile et que le trou d'accès au branchement soit couvert fait de lui un allié pour vos douches et bains coquins, mais nous en reparlerons plus tard...

 

 

 

La partie insérable du Roméo est longue d'environ 14 cm et a un diamètre de 3,7 cm, il est en silicone, est hypoallergénique et ne contient pas de phtalates (mon coeur écolo est en joie). Le principe est le suivant: tout d'abord vous l'allumez en appuyant trois secondes sur le "A", vous ressentez une vibration, il est donc bien allumé (mais ne vibre pas encore). Vous insérez ensuite la partie longue dans votre vagin sans oublier de lubrifier Roméo avec un lubrifiant à base d'eau (j'ai utilisé le "Oh my glix"). Les lubrifiants qui ne sont pas à base d'eau vont abimer votre soupirant donc ne vous y risquez pas! La partie en forme de coeur vient se plaquer contre votre toison (vive le poil libre!) et votre clitoris est lui aussi en contact avec Roméo dès lors que vous écartez un peu les lèvres pour le laisser passer.

Ensuite, ce que j'ai fait, c'est que je suis allée sous la douche, d'une part parce que c'est waterproof et que j'allais pas me priver, d'autre part pour tester son appellation "free hands lover", c'est à dire "amant mains libres". Le test de ce point de vue est tout à fait concluant, il tient vraiment très bien, égart à cette forme si particulière.

J'ai confié la télécommande à chéri qui a allumé Roméo avec la touche "ON/OFF". Dès l'allumage les premières vibrations se font sentir. Beaucoup plus au niveau du vagin et du point G que sur le clitoris. Pendant ma douche, chéri s'est amusé avec les différents programmes (deux touches + et - pour varier d'un programme à un autre) et a testé la distance pour que la télécommande fasse son oeuvre. Résultat, d'une pièce à une autre (environ 20m) sur le même étage, ça fonctionne très bien, mes petits cris de surprise étaient le signal que le programme avait bien été changé.

 

 

Dans les marches cela fonctionnait encore mais pas lorsqu'il était au rez-de-chaussé et moi au premier dans la douche. Franchement c'est un bon test niveau distance! Il assure le Roméo!

Niveau vibrations, il a dix modes possibles (de 0 à 9, 0 étant le premier mode), mes préférés sont les modes 4 et 7 si vous voulez tout savoir.

Je me suis ensuite séchée, toujours avec mon copain Roméo entre les cuisses, puis nous sommes allé sur le lit pour le tester en position allongée.

Les vibrations sur le clitoris ne sont pas vraiment efficaces pour moi qui suit habituée aux machines de guerre de la stimulation clitoridienne comme le Fairy, par contre la stimulation vaginale est tout à fait correcte. En position allongée j'ai aussi pu laisser tomber le concept "mains libres" pour me servir du Roméo comme d'un gode classique, en faisant des aller-retour, et les sensations sont vraiment trèèèès agréables. En ce qui me concerne, les stimulation vaginales me mènent rarement à l'orgasme donc je n'ai pas été plus surprise que cela qu'il ne me fasse pas décoller. Par contre lorsque vous avez le Roméo en vous et que vous vous masturbez en même temps le clitoris, la jouissance est véritablement décuplée puisque les vibration internes se font au niveau du point G et que celui ci est en lien direct avec notre clitoris.

En conclusion, ce que j'ai apprécié dans ce sex toy c'est le côté jeu à deux avec les télécommande, ma surprise lors des changements, et sur ce point il remplit complètement son devoir de jouet ludique à tester en couple. Le niveau sonore de vibration est assez discret sans être silencieux, j'irai presque jusqu'à dire que vous pouvez porter l'engin lorsque vous êtes dans un endroit bruyant... Mais là je vous laisse faire travailler votre imagination.

Je lui donne une note finale de 15,5/20, ce qui lui vaut d'être approuvé par le service qualité/plaisir de votre blog favori!

 

 

C'est bientôt Noël, faites vous plaisir pour les fêtes!

 

 

 

 

 

Pour recevoir les nouveaux articles de la Fée Lubrique, indiquez nous votre adresse email :

 

Des jeux de rôle pour adultes sur le net: écrire, imaginer, attiser le désir...

Publié le par La Fée Lubrique

Depuis quelques années maintenant, je me soumets à un exercice d'écriture assez particulier. Je joue sur des forums de jeu de rôle pour adultes. Bien au delà de l'écriture de nouvelles, toute seule dans mon coin, j'aime l'interactivité avec les autres joueurs, l'anonymat qui va avec et la stimulation que cela me procure.

Comment est ce que cela fonctionne?

Les adeptes de jeu de rôle sur table comprendront plus facilement ce que je vais décrire mais rassurez-vous c'est accessible à tous. Tout d'abord cherchez un univers qui vous correspond, ensuite lisez et assimilez le contexte du forum qui vous plait, créez une fiche de personnage et lancez vous dans le jeu! Vous écrirez des RP (role play) avec un ou plusieurs partenaires de jeu, chacun l'un après l'autre écrira des posts (texte qui ira de 10 à 40 lignes selon le niveau d'écriture que le forum demande, en général ça tourne autour de 15/20 lignes) où vous ferez agir votre personnage.

Certains forums sont pour tous publics, d'autres sont réservés à un public majeur et mature. Je distingue les deux car parfois un majeur n'est pas forcément mature...

J'ai pu rencontrer Aphrodite (oui c'est un pseudo, elle ne s'appelle pas vraiment comme ça) administratrice du forum "Voyage à Cythère" qui a bien voulu répondre à mes questions.

 

- Bonjour, peux tu te présenter en quelques mots s'il te plait?

- Je suis une femme de trente ans, en couple, actuellement en reconversion professionnelle pour travailler dans le domaine de l'action sociale et tant qu'à faire, en indépendante en libéralisant mon expertise auprès des entreprises et des institutions. Concernant le roleplay j'en fais par forum depuis 10 ans et sur table depuis 3 ans, je songe au GN (ndlr: GN = jeu de rôle grandeur nature) aussi, mais de loin.

- Comment est venue cette envie de faire du jeu de rôle par forum?

- Au début, je voulais "écrire" une saga sur les Amazones, en prenant comme base des recherches sur les légendes et mythes grecs, j'avais tout un corpus de documents universitaires: des études françaises, anglaises, allemandes, beaucoup, et russes, enfin géorgiens pour être plus précise mais j'avais comme qui dirait, le syndrome de la page blanche. Une connaissance de l'époque m'a dit "entraînes-toi en écrivant sur un forum avec d'autres personnes". Je suis allée sur un forum rpg, "Claymore", un univers de dark fantasy où les héroïnes sont des femmes guerrières qui se battent contre des démons autant que contre les leurs qui empiètent sur leur humanité. Cela m'a permit de canaliser ma créativité, de comprendre l'importance du "background" autant que du personnage. Je me suis prise au jeu et je suis devenue administratrice et j'ai créé mes propres univers fantasy toujours inspirés des légendes et des mythes de quelque origine que ce soit.

- Quels sont les forums sur lesquels tu joues actuellement et quels sont leurs spécificités?

- En ce moment, je ne joue que sur celui où je suis admin. En effet, cela prend beaucoup de temps d'être MJ (ndlr: Maitre du Jeu). C'est un forum basé sur la mythologie grecque et ouvert à tout type de personnage. Dit ainsi, ça parait quelque peu bordélique, je vais développer un tout petit peu... Dans notre monde, vers le moment de la séparation entre l'empire romain d'occident et d'orient, le christianisme prend le pas sur les polythéismes, les dieux grecs choisissent donc de quitter ce monde pour en bâtir un nouveau dans une autre dimension. Ce monde, ils le nomment Gaïa et y fondent de nouvelles civilisations qui s'inspirent toutes des canons de l'antiquité : une civilisation "athénienne classique" (époque de Périclès et de la ligue de Délos), une civilisation "Mycénienne" (époque de l'Iliade et des récits homériques), une civilisation "Minoenne" (directement inspirée des mythes atlantes) et une civilisation "Amazones" (inspiré du mythe qui en porte le nom et des peuples nomades des steppes comme les scythes, les Sarmates ou encore les Sauromates). Les dieux interagissent avec tout ce beau monde et de nouvelles légendes et histoires fleurissent au gré de l'imagination des joueurs et de leurs interactions. Pour pimenter tout ça, les nouveaux joueurs créent des personnages venus d'autres mondes ou/et époques et d'autres espèces, humanoïdes, cela va s'en dire. Ils découvrent Gaïa et ses habitants. Enfin, détail qui a sont importance, mon forum est réservé aux personnes majeures, nous partons du principe que nous pouvons explorer toutes les facettes de nos personnages, ce qui inclus parfois les relations sexuelles, très clairement.

- Des récits érotiques donc... Pourquoi avoir fait ce choix?

- En fait, j'ai du mal à comprendre pourquoi il n'y aurait pas de sexe dans les récits. Ce ne sont pas les aventures de moines ayant fait vœux de chasteté mais bien d'individus ayant des sentiments, des idéaux et des pulsions. Comme dans la vie de tous les jours. Enlever la dimension sexuelle du jeu me paraît donc ridicule.

- Quels sont les avantages et les inconvénients d'un forum pour adultes?

- Les inconvénients sont d'ordre "matériel", le forum pour adulte nécessite l'instauration de garde-fou, comme demander l'âge des membres, ou au moins leur demander de certifier être adulte. Il faut rendre invisible les écrits des membres afin de ne pas laisser en libre accès des textes sensibles à des mineures. Il faut également une vigilance permanente pour être certains d'être entre adultes or nous sommes sur internet où règne l'anonymat en maître ainsi que la liberté de ne montrer que ce qu'on souhaite aux autres, tu vois le bourbier?

- Oui je vois!

- Quant aux avantages, ils sont nombreux mais je dirai qu'ils sont la déclinaison d'un seul mot la maturité. Les textes, les personnages, les interactions sont plus riches, plus profonds. Selon les personnes les RP sont vraiment prenants et passionnants. Les récits sont plaisants à lire, captivent même! Les tabous sont moindres aussi.

- Certains doivent être excitants à lire et à écrire?

- Tout à fait! (rire) Il y a du plaisir à écrire comme à lire. Soyons clairs sur ce point, écrire libère même les plus timides, dès lors, des fantasmes prennent corps dans les récits!

- Tu m'as dit être en couple. Ton partenaire joue t-il avec toi?

- Oui. Nous nous sommes connus via un forum RPG. Paradoxalement, nos personnages n'étaient jamais proches, ils avaient leur propre univers et relations. Quand je suis fière d'un rp, je lui fais lire en général, qu'il soit érotique ou non d'ailleurs. Ce sont nos chasses-gardées en quelque sorte.

- Vos chasses gardées?

- Oui, par exemple, mon conjoint est un fan de Star Wars, je n'irai pas pour autant dans un forum comme ça, chacun a des univers qui lui sont propres, qui cohabitent sans se rencontrer, sauf exception, bien entendu, il nous arrive parfois de jouer dans les même univers.

- Penses tu qu'il faille un bon niveau d'écriture pour jouer sur des forums de jeu de rôle?

- Les admin comme les joueurs d'ailleurs pensent qu'il faut avoir un bon niveau d'écriture, pour le plaisir, tout d'abord et ensuite pour la pérennité des aventures. Pour autant, les débutants, dès lors qu'ils s'investissent, augmentent rapidement leur niveau d'expression. Les forums rpg sont un excellent moyen , démocratique et gratuit, d'améliorer son style d'écriture. Quand je lis mes posts du début et ceux de maintenant, il y a une évolution certaine, mais pour d'autres, ce sont des révélations!

- Quels conseils donnerais-tu à celles et ceux qui débutent ou qui hésitent encore à se lancer?

- Tout d'abord, je leur dirai de se chercher un univers qui fait écho à ceux qui se nichent dans leur imagination, ensuite, de choisir un forum actif mais pas surpeuplé pour autant. Je m'explique : sur la toile vous avez des forums qui tournent à plus de 50 connexions par jour, si vous débutez fuyez ces forums comme la peste. Vous ne serez qu'un personnage parmi tant d'autres et vous devrez vous affirmez H24 pour vous faire une place. Pour un joueur qui débute, c'est dépitant, peu encourageant et ça ne donne pas l'envie de poursuivre, après tout, il n'est qu'un inconnu dans la masse, comme s'il marchait sur les Champs Élysée en pleine période touristique. Il vaut mieux une structure plus modeste, entre 10 et 20 connexions par jour, là les membres se connaissent et font attention aux autres l'immersion est bien plus fluide, plus efficace, vous êtes réellement accueilli. Pour ce qui est de l'écriture, beaucoup se disent souvent "je ne sais pas écrire, je n'ai aucun style, je ne sais pas créer un personnage, etc". Là, je dirai que les admin vous donnent toujours les moyens de faire un travail correct. Certains forums font des guides pour les débutants ou nouveaux inscrits, c'est le cas dans mon forum notamment, afin que les nouveaux inscrits puissent suivre une trame pour s'intégrer tranquillement sans trop se fouler. En plus, les membres du staff sont souvent dans les parages pour vérifier que tout va bien et proposer leur aide. De ce fait, c'est rare, dirai-je de rester seule et sans soutien quand on débute. Si vous y mettez de la bonne volonté, en général, vous êtes récompensé au-delà de vos espérances et surtout, vous prenez plaisir à écrire et vous projeter dans l'avenir de votre personnage.

- Pour finir, dis moi les trois premiers mots qui te viennent à l'esprit quand je te dis "jeu de rôle par forum"!

- Évasion, liberté, plaisir!

- Ça donne envie tout ça! Merci beaucoup de m'avoir accordé quelques minutes de ton temps entre deux rps!

- De rien!

 

Et pour celles et ceux qui auraient envie de se lancer dans l'aventure... C'est par ici:

 

Pour recevoir les nouveaux articles de la Fée Lubrique, indiquez nous votre adresse email :

Je suis née quelque part et c'est un hasard

Publié le par La Fée Lubrique

Ce matin, dans ma voiture, de retour de l'école de ma fille, j'écoutais la radio. RMC en l’occurrence et monsieur Bourdin en particulier. La nouvelle du jour: notre président demande aux français d'accrocher un drapeau français à leur fenêtre demain vendredi, en hommage aux victimes des attentats du 13 novembre.

Dans ma tête, une chanson s'est mise à tourner alors que la radio relayait des mots comme "symbole d'unité nationale", "patriotisme", "liberté", "ennemis"...

Cette chanson écrite en 1988 (c'est pas tout jeune, j'avais 9 ans) par Maxime Le Forestier est un hymne anti-raciste à une époque où les lois Pasqua retiraient le droit du sol aux enfants d'étrangers nés sur le territoire français. Le Forestier expliquait son choix ainsi:

"Mon fils Philippe était scolarisé dans une école où cohabitaient dix-huit nationalités. Avec son copain Francis, fils de boat people vietnamiens, ils allaient connaître les mêmes profs, les mêmes filles, et peut-être qu'à 16 ans ils voleraient une mobylette. Moi, j'engueulerais Philippe tandis que Francis serait renvoyé de son pays natal."

Je suis née en France, d'un père français et d'une mère immigrée (oui elle est allemande, elle est de "la bonne couleur", ça ne se voit pas, mais elle n'est pas française). Je suis donc française, de naissance et si je fais des conneries, personne ne pourra me dire "retourne dans ton pays".

Sauf que le gamin qui est né en France de parents étrangers, qui a appris à marcher sur nos trottoirs, ceux qui ne sont pas maculés d'éclats de bombes mais de crottes de chiens, est français quoi qu'on en dise. Mais comme moi, comme ma fille ou mon voisin, cela reste un hasard. Je suis française par hasard et non par choix. Alors suis-je plus française que celui ou celle qui veut devenir français parce qu'il aime vivre ici, qu'il se sent en sécurité ici? Je ne sais pas, mais dans tous les cas cette histoire de patriotisme me gonfle et pas qu'un peu.

Je ne me sens pas patriote parce que ma nationalité est un coup de dé. Ok j'ai grandi ici, je parle le français, j'écris en français et je suis choquée par les attentats qui ont eu lieu à Paris. Cette violence me rend triste, me fait mal au bide, non pas parce que je suis française mais parce que je suis humaine et que voir d'autres humains souffrir me fait souffrir moi même.

Mais ma tristesse ne s'arrête pas à la frontière!

Que dire des 300 000 morts en Syrie? Des 60 000 en Ethiopie/Erythrée? L'état islamique a tué, énormément et pas que des français. En octobre dernier, 224 morts en Egypte suite à l'explosition d'une bombe dans un avion de ligne. Si je calcule bien c'est 94 morts de plus qu'en novembre. Le monde entier s'est-il mis à fredonner l'hymne national égyptien? A-t-on vu des drapeaux égyptiens envahir facebook?

- Ah mais c'est pas pareil ma petite dame...

- Ah bon? Un français c'est plus important qu'un égyptien ou qu'un syrien c'est ça?

Soyons honnêtes, les égyptiens, les syriens, les yéménites, les nigériens et plus récemment les tunisiens, le monde entier s'en bat les couilles. Par contre, si on touche à un américain, un allemand ou un français, là ça devient important, là ça mérite des directs 24h/24 à la téloche.

Rendez vous compte, la France, deuxième exportateur d'armes au monde, qui voit chaque jour ses libertés diminuer, qui commerce allègrement avec des pays qui bafouent chaque jour les droits de l'Homme et les droits de la femme, la France qui chaque jour relègue dans des cités ceux qui n'ont pas le bon nom de famille, la France qui hésite à accueillir des gens qui meurent, celle là même est touchée! Et que fait-elle lorsqu'elle se sent menacée? Elle déclare l'état d'urgence, arme tous les policiers, écoute tout le monde, légalement à présent, pense à refermer quelques frontières, réguler encore plus le flux de réfugiés, nous bassine avec l'unité nationale, des drapeaux français aux fenêtres, des marseillaises à tout va!

Je dis fuck le patriotisme à deux balles! Je me joins à la douleur des victimes mais je ne soutiendrais pas aveuglément un pays qui s'enfonce lui même dans la merde qu'il a créé.

Mardi, douze membres de la sécurité présidentielle Tunisienne sont mort suite à un attentat suicide. Sur twitter, des dizaines de photos ont commencé à tourner: le drapeau tunisien projeté sur les plus grands monuments du monde (tour Eiffel, statue de la liberté, le christ de Rio, etc), ces photos sont fictives, contrairement à celles qui ont tourné avec le drapeau français. Le message est clair. Si vous ne le faites pas pour nous, on s'en charge.

Le fait est que nous ne sommes pas tous égaux devant la barbarie, du moins c'est ce que l'on va tenter de vous rentrer dans le crâne si ce n'est pas déjà fait.

On choisit pas ses parents, on choisit pas sa famille, mais on peut choisir de soutenir ceux pour qui le hasard n'a pas bien fait les choses.

 

 

Pour recevoir les nouveaux articles de la Fée Lubrique, indiquez nous votre adresse email :

Cette fois, dans le bois...

Publié le par La Fée Lubrique

Toi le chercheur de champignons qui s'est arrêté à ma hauteur pour papoter un peu, tu m'as montré ta récolte que j'ai trouvé magnifique. Le compliment était sincère. Au loin, nous avons entendu des coups de fusil, tu m'as dit de faire attention aux chasseurs car ici ils allaient partout et ils ne prenaient pas toujours leurs précautions avant de tirer. Nous avons convenu tous les deux que c'était dangereux.

Tu m'as demandé ce que je faisais là en montrant brièvement mes cartes d'oracle étalées devant moi sur le rocher plat qui me servait de table, tu m'as demandé si j'étais témoin de Jéhovah. J'ai répondu en souriant que non, que ma religion c'était la forêt et les animaux qui y sont nichés. Nous avons convenu tous les deux que chacun croyait en ce qu'il voulait.

Tu m'as alors serré l'épaule, une fois. Deux fois. C'était déjà une de trop. Toi le promeneur du bois tu m'as demandé si je dormais au gîte en face, sans réfléchir j'ai répondu par l'affirmative. J'ai cru un instant trop bref que tu allais partir, continuer ton chemin puisque tu avais fait un léger détour pour venir parler. Mais non.

Tu m'as dit que tu n'avais jamais été marié lorsque j'ai évoqué mon compagnon et mes enfants. Tu as mis un point d'honneur à préciser que tu t'étais amusé cependant et que tu profitais encore de la vie. C'est à ce moment précis que de "promeneur collant" tu es passé à "agresseur potentiel" dans ma tête. J'ai eu peur. Et comme Robert Downey Jr dans Sherlock Holmes, j'ai commencé à étudier mon environnement à la vitesse de l'éclair: le bâton de marche que tu tenais à la main, la pierre trop grosse à côté de moi, la cire chaude de la bougie qui brûlait en attendant la fin du tirage de cartes, le propriétaire du gîte beaucoup trop loin pour entendre le moindre cri.

Tu m'as à nouveau serré l'épaule mais cette fois en m'amenant contre toi. Tu étais content apparemment de t'être promené aujourd'hui: "des champignons, une jolie fille sur mon chemin, c'est très bien tout ça". Je bouillonnais mais restais dramatiquement immobile, ne sachant pas quoi faire, bloquée par une sorte de politesse merdique.

Ta main dégueulasse a une dernière fois tenté de me serrer en se rapprochant de mon sein. Cette fois j'ai bredouillé "alors... ça... non..." en prenant délicatement ton poignet à deux doigts et en retirant ton bras de mes épaules. J'ai commencé à ranger mes cartes sans te regarder, la tête baissée, respirant ton odeur de pourriture moisie encore trop présente à mon goût.

"Bon je vais vous laisser tranquille alors... A la prochaine!" as-tu dit alors.

Je t'ai entendu t'éloigner et en relevant à peine les yeux j'ai surveillé que tu ne reviennes pas. J'ai soufflé. Puis, juste après, j'ai culpabilisé.

Cette connasse de culpabilité... Celle ci c'est ma meilleure ennemie. Toujours là à m'attendre quelque part dans le coin de ma tête. Et bien sûr, pour un coup comme ça elle n'allait pas se gêner, elle est revenue me rendre visite.

Je m'en suis voulue de m'être laissée faire, de ne pas m'être barrée, de ne pas t'avoir engueulé direct parce que ça ne se fait pas de toucher les gens en plein milieu d'un bois. Moi qui suis grande gueule d'ordinaire j'ai fermé ma bouche, trop longtemps à mon goût. Je t'ai laissé envahir mon espace personnel, je n'ai pas su te dire stop.

Mais même si je ne suis pas arrivée à le verbaliser, ce n'est pas pour cela que j'étais d'accord. Tu as supposé que qui ne dit mot consent. Je ne sais pas comment tu n'as pas pu te rendre compte que j'étais mal à l'aise. Sans doute t'es-tu dit que sur un malentendu ça peut marcher...

J'ai entendu les chiens des chasseurs aboyer au loin. Je me suis dit que certains chasseurs n'avaient pas besoin de fusil pour faire des dégâts.

Alors à toi le promeneur du bois, je dédie ces lignes en te souhaitant d'aller crever, en attendant je suis dans ma chambre enfermée à double tour.

Pour recevoir les nouveaux articles de la Fée Lubrique, indiquez nous votre adresse email :

Nichée au creux d'un arbre, pointant le bout de son nez au dehors alors que la

Publié le par La Fée Lubrique

Nichée au creux d'un arbre, pointant le bout de son nez au dehors alors que la brise fraiche l'invite à s'avancer plus avant, mademoiselle la Fée accepte l'invitation et s'installe sur la large branche. Lascive, ses seins dressés fièrement vers le soleil, elle étend ses bras et sourit à l'idée d'être ainsi surprise, vêtue d'air et de poussière. Elle tend l'oreille et attend que la chaleur monte, autant sur sa peau que dans son corps, pensive, espérant qu'un promeneur humain sache pénétrer ce voile entre les mondes... Un pas, puis deux. Le souffle coupé, un est entré, a trouvé le passage. Enfin lubrique, la bouche de la Fée s'entrouvre et accueille l'inconnu en son sein.

1 2 3 4 5 > >>